Le corps de ma mère

Le corps de ma mère de Fawzia Zouari, prix de littérature des cinq continents de la francophonie

Ce livre a été publié aux éditions Joëlle Losfeld en 2016. L’auteure se penche sur la vie de sa mère, une mère presque muette, indifférente, lointaine, dure, à la personnalité si énigmatique. Il lui aura fallu la révolution tunisienne dite des jasmins pour prendre la plume. Cette femme mystérieuse, Yamna, allongée sur son lit d’hôpital, elle voulait en percer le mystère. Fawsia a enquêté, interrogé les membres de sa famille, désespéré devant le silence qui l’a entourée et oppressée. Elle voulait absolument savoir, elle, la française d’adoption.

Confidences murmurées

La sœur de Fawzia lui a confié alors, que leur mère veuve depuis longtemps et quasiment mourante, aveugle, s’était entichée d’un homme, le gardien d’immeuble. Cet amour platonique l’obsédait et la ressuscitait quelque peu mais était-ce bien un amour ? Quel jeu jouait-t-elle ? De muette, elle serait devenue prolixe. « Et puis un beau jour, elle (Yamna) s’est lancée dans une tirade émaillée de maximes. Ils deviendront son mode d’expression. Elle déclamait… » Rien cependant n’éclairait son passé, la vie de cette femme qui disait « On peut tout raconter ma fille, la cuisine, la guerre, la politique, la fortune; pas l’intimité d’une famille. Allah a recommandé de tendre un rideau sur tous les secrets, et le premier des secrets s’appelle la femme! »

Révélations

Fawzia, vaincue, décide de repartir en France. La bonne de sa mère Naïma, personne vivant dans l’ombre, et tout aussi silencieuse, que la femme qu’elle a servie toute sa vie, prend la parole. Fawsia découvre alors que sa mère a lutté toute sa vie, dans une société patriarcale, pour rester la femme unique, interdisant à son mari, par tous les moyens, de prendre une deuxième épouse. Cette mère aura élevé ses filles en leur enjoignant de se taire, de protéger leurs hymens et de fuir les hommes. Quelles douleurs la façonnaient ?

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman. Il renvoie au désir de se plonger dans le passé, dans ses racines afin de donner un sens à sa propre vie ; vous n’en sortirez pas indemne! Vous voyagerez dans les méandres des secrets d’une bédouine matriarche, d’une époque révolue rentrée dans l’histoire, et vous vous interrogerez sur votre propre vie. Qui était ma mère? Qui suis-je?

Fawsia Zouari

Fawzia Zouari est née le 10 septembre 1955 à Dahmani en Tunisie et est une écrivaine, journaliste tunisienne. Son père est un cheikh, propriétaire terrien et juge de paix. Elle est la première des filles à ne pas être mariée adolescente et à pourvoir mener des études à Tunis puis Paris. Elle est Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne. Vous trouverez son livre, digne des récits des mille et une nuits, dans diverses éditions et en format numérique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :