Emel Mathlouthi: plus qu’une chanteuse engagée !

dezo-emel-mathlouthi-chanteuse-tunisienne-3.jpg

Emel est une chanteuse tunisienne née en 1982 à Tunis que j’ai découverte sur YouTube au hasard de mes pérégrinations et que j’ai aimée d’emblée. Sa musique correspond à ce que je cherchais depuis un moment déjà, et que je découvre sa nationalité m’a ravie puisque je peux vous parler de son talent. Ayant du point de vue musical des gouts très éclectiques, je suis passée de la variété russe à Emel !

Mais parlons d’Emel. Enfant, à Tunis, elle n’a déjà qu’une passion la musique; elle se réveille dans les notes de Vivaldi. Plus tard, elle découvre les Pink Floyd, Joni Mitchell, Joan Baez, Chikh Imam (égyptien), Marcel Khalifa (libanais) et bien d’autres artistes encore…

Elle n’envisage pourtant pas des études musicales, démarre un cursus d’architecture, une prépa d’école d’ingénieurs, bifurque vers le graphisme. Elle crée son groupe métal « Idiome » qui se produit à l’insu de ses parents et surtout de sa mère « Ce n’était pas bien pour une jeune fille d’être chanteuse ». Vis à vis de ses parents, elle opine donc du bonnet mais poursuit son chemin et se fait un nom sur les réseaux sociaux.

Cette jeune femme auteure-compositrice est une artiste engagée qui a d’abord été révélée par le public. Lors de la révolution arabe de 2011, elle est en Tunisie pour une série de concerts.

En janvier 2012, elle sort son premier album studio, « Kelmi Horra », Ma parole est libre.

En 2013, elle écrit une nouvelle chanson intitulée « Ma Katlou Had » : Personne ne l’a tué, en hommage à l’opposant politique Chokri Belaïd assassiné en février de la même année. Toujours en 2013, elle participe à un concert à Téhéran en Iran, pays où les femmes n’ont plus le droit de chanter seules, sans la présence d’hommes qui couvrent leurs voix !

En 2015, elle chante à Oslo en Norvège pour la remise du prix Nobel de la paix au « Quartet du dialogue national tunisien » qui a œuvré pour la démocratisation du pays.

Plus récemment en 2017, la chanteuse tunisienne est écartée de la programmation du Festival International de Carthage, après des mois de travail autour d’une œuvre originale. Sous la pression du public et des médias, elle réintègre la liste des artistes et se produit le 12 août ; c’est une victoire pour la liberté d’expression. Elle souhaite d’ailleurs tourner un documentaire retraçant son combat : « Ce concert impossible »

La même année, elle crée son second album « Ensen », Humain, sous le label Parsisan Records. Pour ce nouvel opus, elle s’entoure de l’ingénieur du son et compositeur islandais Valgeir Sigurosson.

Emel se nourrit de rock, de métal, de trip-hop et de tradition. En mars 2017, le Metropolitan Museum de New York la sollicite pour un concert avec d’autres artistes étrangères. Elle découvre alors stupéfaite que le concert est intitulé « Muslim women’s voices » : Voix de femmes musulmanes. « Est-ce que les chanteurs blancs sont ainsi définis ? Non on va saluer leur audace musicale et artistique sans se soucier de leurs origines ! s’insurge-t-elle. « Je voudrais, de la même manière que l’on donne de la considération pour ma voix, que l’on ne me regarde pas, sous prétexte que je viens de Tunisie, sous le prisme de l’orientalisme, de l’exotisme ou de la militante engagée. », même si elle revendique ses combats. Elle bataille tant et tant que le concert s’intitulera finalement « Women’s voices ».

En 2018, elle participe au Festival International des Nuits d’Afrique à Montréal.

Les paroles de sa chanson culte :

Kelmi Horra : Ma parole est libre

Je suis ceux qui sont libres et n’ont pas peur

Je suis les secrets qui ne mourront jamais

Je suis la voix de ceux qui n’abandonneront pas

Je suis la raison au sein du chaos

Je suis le droit des opprimés

Qui est bradé par ces chiens

Qui privent le peuple de leur pain quotidien

Et claquent la porte au nez des idées

Je suis ceux qui sont libres et n’ont pas peur

Je suis les secrets qui ne mourront jamais

Je suis la voix de ceux qui n’abandonneront pas

Je suis libre et ma parole est libre

Je suis libre et ma parole est libre

N’oubliez pas le prix du pain

Et n’oubliez pas les causes de notre misère

Et n’oubliez pas qui nous a trahi quand nous étions dans le besoin

Je suis ceux qui sont libres et n’ont pas peur

Je suis les secrets qui ne mourront jamais

Je suis la voix de ceux qui n’abandonneront pas

Je suis le secret de la rose rouge

Dont la couleur était aimée des années

Dont le parfum a été immergé par les rivières

Et qui a pris tel un feu

Appelant ceux qui sont libres

Je suis étoile brillant dans la nuit

Je suis épine dans la gorge de l’oppresseur

Je suis vent touché par le feu

Je suis l’âme de ceux qui ne sont pas oubliés

Je suis la voix de ceux qui ne sont pas morts

Changeons l’acier en argile

Dont nous façonnerons un nouvel amour

Qui deviendra oiseau

Qui deviendra foyer

Qui deviendra vent et pluie

Je suis tous les hommes libres rassemblés

Je suis comme une balle de fusil

Je suis tous les hommes libres rassemblés

Je suis comme une balle de fusil

Traduction de Faëriel que vous trouverez ici https://lyricstranslate.com/fr/ma-parole-est-libre-كلمتي-حرة-kelmti-horra-ma-parole-est-libre.html

Ecoutez Emel Mathlouti ici https://www.youtube.com/watch?v=wJ79iEfus8E Kelmti Horra

et une chanson que j’adore :https://www.youtube.com/watch?v=s1ffomwojRI Oum ezzin el Jamaliya

Voilà une artiste de caractère à suivre et surtout à écouter.

2 commentaires sur “Emel Mathlouthi: plus qu’une chanteuse engagée !

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :